Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Un peu d’histoire

Du temps de la conquête espagnole (entre 1519 et 1521), Coyoacan ou « le lieu des coyotes », est un petit village au bord du lac Texcoco (oui, je n’arrive pas non plus à le prononcer comme beaucoup de noms au Mexique). Une chaussée relie le village à l’île de la capitale Aztèque : Tenochtitlan. Les aztèques ont dominé le sud et le centre du Mexique du XIVe au XVIe siècle. Après la conquête de Tenochtitlan en 1521, Hernan Cortes y installe ses quartiers avec sa maîtresse indienne « la Malinche » en attendant la reconstruction de la ville à « l’espagnole ».

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

San Angel est aussi à l’époque un village appelé Tenanitla où les moines vont s’installer après la conquête. Ce n’est qu’au XVIIe siècle que le village devient San Angel suite à la fondation de l’école conventine « San Angelo Martir ». Aujourd’hui le village devenu un quartier de Mexico s’appelle officiellement « Villa Alvaro Obregon » mais ce nom n’est pour ainsi dire jamais utilisé ; tout le monde l’appelle San Angel.

San Angel et Coyoacan étaient donc des villages ruraux distincts de Mexico mais la ville les a rapidement assimilé. Toutefois, ces deux quartiers gardent de nombreux vestiges de leur ancienne architecture coloniale. San Angel et Coyoacan sont des quartiers où vous trouverez plein d’artistes et de petites boutiques d’artisanat très sympathiques. Les familles aiment aller s’y balader le weekend et il est agréable d’aller y flâner un peu.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Ces quartiers ont été habités par des gens qui sont aujourd’hui célèbres : Diego Riviera, Frida Kahlo, Leon Trotski. Leurs maisons sont devenues des musées. Vous trouverez beaucoup d’autres lieux d’exposition et de galeries dans ces quartiers.

Il y a beaucoup de restaurants, de « cantinas », des cafés, des boutiques ainsi que des jardins. Le week-end un marché d’artisanat couvre les deux places principales de Coyoacan : Le « jardin centenario » et « la plaza Hidalgo ». Si vous cherchez des boutiques allez « Calle Felipe Carillo Puerto » qui part de la place Hidlago vers le sud et vous serez comblé.

Remarques

Je vous recommande d’y aller le samedi même s’il y a plus de monde. Attention, si vous y allez le week-end il risque d’y avoir plein de queue à la « Casa Azul ». A vous de faire votre choix. 😉

Le parcours que je vous propose n’est qu’une suggestion, n’hésitez pas à le ré-arranger à votre sauce. Par exemple, si vous êtes allergique aux musées ne vous sentez pas obligé d’y aller (surtout que les musées ne sont pas gratuits, même si les prix ne sont pas élevés, on a tous un budget quand on voyage).
CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

16 Points d’intérêts de San Angel à Coyoacan

San Angel

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Plaza San Jacinto (++++)

Je vous propose de commencer Plaza San Jacinto. Vous y trouverez de nombreux restaurants si vous avez un petit creux et beaucoup de boutiques d’artisanat. Le samedi, à San Angel il y a le « Bazar del Sabado ». Ce sont des étals en plein air et dans une belle maison du XVIIe siècle où vous pourrez acheter toutes sortes d’artisanat mexicain. Vous trouverez de nombreux artistes dedans exposant leurs toiles.

Tout près de la Plaza San Jacinto vous trouverez la « Parroquia de San Jacinto », une ancienne chapelle du XVIe siècle d’un couvent avec au centre un patio. A l’intérieur de la parroquia vous pourrez admirer 2 choses en particulier : un écran en bois sculpté et des fonts baptismaux en onyx. L’ensemble est tout à fait charmant.

Sur le côté nord de la place se trouve le bâtiment le plus imposant : la « Casa del Risco » ou la « Casa del Mirador ». C’est une maison qui date du XVIIIe siècle bâtie pour le marquis San Miguel de Aguayo. Elle a été construite autour d’un patio central avec une fontaine en son centre. Cette bâtisse recèle d’extravagants meubles  et décors coloniaux.

N’hésitez pas à vous arrêter pour manger un « churros relleno de dulce de leche« . Un délice, ne pensez pas à tout le gras que vous ingérez et régalez-vous ! 🙂

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Museo Carmen (++)

> Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h.
> Tarif : 41 à 52 pesos.

Depuis la Plaza San Jacinto prenez la « Calle Madero« . Tournez à droite sur « Avenida Revolucion » et traversez vers le « Museo Carmen« . Ce musée a été aménagé dans l’ancienne école conventine San Angelo Martir datant du XVIIe siècle (mentionnée plus haut). Doté de 3 dômes décorés de céramique (grâce à cela vous ne pourrez pas le louper), c’est un peu l’emblème du quartier. Le couvent et son église ont par la suite changé de nom pour devenir : « El Carmen », d’où le nom du musée. Aujourd’hui, le site abrite des meubles, des peintures, des objets d’art et autres souvenirs de la période coloniale. Il est bien conservé. Pour les amateurs de peinture, dans le musée vous trouverez des tableaux de Cristobal de Villalpando (XVIIIe siècle) un peintre célèbre à Mexico.

L’église est décorée de céramique « talavera » de Puebla et de plafonds sculptés peints, dans le style mudéjar espagnol. La chapelle de l’étage abrite un rétabli doré du XVIIIe siècle orné de peintures à l’huile de saints. Il y a aussi la crypte que l’on peut visiter. Vous y trouverez des corps momifiés, déterrés par les troupes après la révolution… Ames-sensibles s’abstenir.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Museo Estudio Diego Rivera (++)

Se situe à l’angle de la Calle Diego Rivera et Altavista.
> Métro station « Viveros, Barranca del Muerto ».
> Ouvert de Mardi à Dimanche de 10h à 18h.
> Photos autorisées si achat d’un ticket spécial (30 pesos).
> Tarif : 31 pesos, sauf dimanche entrée libre.

C’est Juan O’Gorman qui construisit en 1931 des maisons jumelles pour D. Rivera et F. Kahlo. Les deux maisons sont reliées par un passage au niveau du toit. Le grand séjour-atelier de la maison de D. Rivera expose aujourd’hui ses objets personnels : pinceaux, sculpture en papier mâché, poterie précolombienne, etc. D’autres pièces accueillent des expositions temporaires des oeuvres de D. Rivera. De l’autre côté de la rue dans l’ancien Carmel de 1692, vous trouverez un restaurant appelé « Fonda San Angel« . Brigitte Bardot, Henry Kissinger ou encore Richard Nixon ont mangé là-bas. 🙂 Honnêtement, je n’ai pas trouvé ce musée transcendant mais si vous êtes passionné par D. Rivera alors visitez-le !

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Museo de Arte Carrillo-Gil (++)

Se situe Avenida Revolucion n°1608.
> Métro station « Miguel Angel de Quevedo« .
> Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.
> Tarif : 45 pesos, entrée libre le dimanche.

Je vous avoue, je n’ai pas visité ce musée, mais je le mentionne pour les passionnés de peinture et d’art. En effet, cette galerie s’étend sur 3 étages et elle regroupe des oeuvres très intéressantes (D. Rivera, J. C. Orozco, D. A. Siqueiros, W. Paalen, etc.). Cependant, moi je vous recommande surtout d’aller au marché aux fleurs de San Angel près de Revolucion et de la Paz. Il est présent à toute heure du jour et de la nuit.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Capilla de San Antonio Panzacola (+++)

Se situe à l’angle de l’Avenida Universidad et l’Avenida Francisco Sosa.
> Métro station « Miguel Angel de Quevedos, Viveros« .

Cette chapelle date du XVIIe siècle, elle jouxte le pont de pierre miniature qui termine l’Avenida Francisco Sosa. Elle a une façade rouge foncé, donc vous ne pourrez pas la manquer. Ce n’est pas la plus jolie chapelle que j’ai vu à Mexico, mais elle vaut comme même le détour.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Avenida Francisco Sosa (++++)

Se situe entre San Angel et Coyoacan.
> Métro station « Miguel Angel de Quevedos« .

C’est sans doute une des avenues qui m’a le plus marqué à Mexico. L’Avenida Francisco Sosa est longue de 1,5 km, c’est une des plus anciennes avenues coloniales d’Amérique latine. Elle se situe entre Avenida Universidad et le Jardin Centenario de Coyoacan. Chapelle de San Antonio, Casa de la Campana, réplique d’Atlante, Casa de Diego de Ordaz, … il y a énormément de choses à voir sur cette avenue !

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

La Casa Azul – Museo Frida Kahlo (++++)

Se situe Calle Londres n°247.
> Métro « Coyoacan« .
> Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h45.
> Tarif : 150 pesos.
> Photos possibles si achat d’un ticket spécial.

Frida Kahlo a vécu la majeure partie de sa vie dans sa maison natale. C’est là que l’artiste à peint beaucoup de ses toiles. Je ne vais pas vous faire le résumé de sa vie et de ses oeuvres, parce que je pense qu’on vous l’a déjà assez rabâché. Vous trouverez plusieurs de ses toiles, ses espèces de sculptures, etc. Vous pourrez voir comment elle vivait car la maison est quasiment restée telle qu’elle était du vivant de Frida. Je n’en dit pas plus, et je vous invite à aller visiter la maison qui reste un symbole de cette artiste.

Coyoacan

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Los viveros de Coyoacán (++)

Se situe Avenida Progreso n°1.
> Ouvert du lundi au dimanche de 6h30 à 18h30.

Si vous êtes en manque de forêt, de parc, de nature, ou que vous avez envie de faire un petit running, pourquoi ne pas aller aux Viveros de Coyoacan. Los Viveros est un parc et un arboretum. Les gens si rendent pour courir, marcher, faire jouer les enfants, voir des écureuils…

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Casa de Diego de Ordaz (++)

Se situe au coin de la Calle Francisco Sosa et Calle Tres Cruces.

Diego de Ordaz était un conquistador, mais la maison ne remonte qu’au XVIIIe siècle (les gens ont cru que c’était sa maison mais c’est impossible vu de quand elle date). La maison est très jolie, il y a une niche abritant une vierge qui orne un des angles de la maison. Les reliefs ont été sculptés par les indiens.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Jardin Centenario (++++)

Se situe entre Calle Belisario Domínguez et Calle Francisco Ortega.

Vous devez absolument voir ce jardin ! Il couvre l’ancien atrium du couvent de San Juan Bautista, dont seule l’église subsiste. Vous pourrez y manger des glaces délicieuses ou des churros rellenos à se rouler par terre. Vous y trouverez aussi beaucoup de restaurants tout à fait charmant. Vous pourrez vous prendre en photo devant la symbolique fontaine aux coyotes (Coyoacan, coyotes vous voyez le symbole). Sur la Calle Centenario vous pourrez admirer l’ancien portail de l’ancien couvent (San Juan Bautista).

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

El Castillo de los Pancakes (+++)

Se situe Calle Higuera n°10, Coyoacán.
> Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 23h.

C’est un petit stand de pancakes qui existe depuis des décennies au fond du Mercado de Coyoacan. Là-bas vous rencontrerez un véritable personnage du quartier : don Rogelio ! Il dessinera le modèle de votre choix en pancake, que ce soit Bob l’éponge, vous-même ou Angelina Jolie, il le dessinera. Vous pouvez ajouter à votre pancake : « cajeta », « mermelada »,  » leche condensada », ou du « miel ». Bonne dégustation !

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Iglesia de San Juan Bautista (++++)

Se situe en face du Jardin Centenario, Calle Felipe Carrillo Puerto.

C’est mon église préférée à Mexico. Cette église faisait autrefois partie du couvent dédié à San Juan Bautista. Elle date du XVIe siècle. Elle a été très remaniée depuis sa construction, toutefois, sa façade a conservé d’intéressantes sculptures. L’intérieur est très joli, donc n’hésitez pas à flâner le long des allées. Attention, à ne pas déranger les personnes qui prient.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Plaza Hidalgo (++++)

Se situe juste à côté de la Iglesia de San Juan Bautista.

Les familles viennent souvent se balader là le week-end. Il y a un petit kiosque à musique au centre. La Casa de Cortès borde le côté nord de la place. C’est une maison qui date du XVe siècle. C’est agréable de s’assoir sur un banc et de manger une glace en regardant les gens passer.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Mercado artesanal Mexico (++++)

Il se situe Calle Felipe Carrillo Puerto.
> Ouvert le week-end de 12h à 22h. En semaine il ouvre de 12h à 20h.

Ce bazar d’artisanat couvert s’étend sur deux étages.  Vous y trouverez de tout : porte-clés, statues, bijoux, vêtements, sacs, encens, etc. Si vous cherchez où acheter des souvenirs pour votre famille, cet  endroit est plus que recommandé. Au fond du bazar, vous pouvez prendre des cours d’art manuel du style apprendre à faire des vitraux, tailler du bois, etc. Les prix sont un peu plus élevés que si vous achetiez ces produits en-dehors de Mexico, mais bon, comparé à nos prix en Europe c’est ridicule. Vous pouvez toutefois si vous le souhaitez négocier un peu. 😉

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Cantina – La Coyoacana (+++)

Se situe Calle Higuera n°14.

Oui, oui, je sais bien qu’à Coyoacan on ne sait plus ou donner de la tête car il y a des « cantinas », partout. Laquelle choisir ? La plus connue est sans doute la Coyoacana, toutefois honnêtement elles sont toutes très bien donc ne vous focalisez pas sur celle-ci s’il n’y a plus de place, ou si vous en voyez une qui vous plaît plus. Vous y trouverez un large menu de la cuisine mexicaine. Demandez à être placé à la terrasse si possible car elle est très typique. Dans l’ensemble l’ambiance est agréable, il y a souvent des mariachis qui joue. Je vous la recommande chaudement.

CarnetsdeMarine_Se perdre dans San Angel et Coyoacan

Iglesia de la Conchita & Plaza de la Conchita (+++)

Se situe Calle Fernández Leal y Presidente Venustiano Carranza, Barrio de la Concepción.

En route pour la place et l’église, vous verrez sans doute la Casa de La Malinche (la maîtresse de Cortes), une demeure du XVIe siècle. Sur la Plaza de la Conchita vous pourrez admirer une croix en pierre (qui est une réplique). C’est une place de type colonial, tranquille, très mignonne et plus calme que la Plaza Hidalgo ou le Jardin Centenario. Alors, même si vous avez mal aux pieds, allez-y ! L’église est toute riquiqui mais sa façade est très détaillée. Elle a un style mudéjar et c’est tout à fait magnifique. Qui a dit qu’il fallait que les églises soient grande pour qu’elles soient jolies ?! A l’intérieur, il y a un retable baroque et des peintures coloniales. L’église de la conception purissime surnommée Iglesia de la Conchita, était un ancien autel Toltèque. Lorsque Cortès arriva à Coyoacan il fit construire sur cet ancien site de prière pré-hispanique, cette église où fut célébré la première messe de la région.

Un peu plus loin vous verrez une statue de Rocio Peredo appelée « La Meditación ». Et voilà c’est fini pour Coyoacan et San Angel. Vous pouvez rentrer à votre hôtel reposer vos petits petons épuisés et planifier votre journée de demain. 🙂

J’ai testé : Poméol – Peau Nette

Il y a plusieurs semaines j’ai commencé à avoir une éruption de boutons. J’ai changé mon alimentation, pris soin de ma peau et repris le sport. 3 semaines plus tard de ce changement de style de vie radical, mes boutons avaient empiré. J’ai commencé mes recherches pour comprendre le fonctionnement de l’acné et ce que je pouvais faire par moi-même.

Etant jeune, j’ai été voir un dermatologue plusieurs fois pour mon acné. Ses crèmes et lotions n’ont eu aucun effet à part peut-être me décaper un peu plus la peau et me déprimer. J’étais résignée et je me suis dit à cette époque que j’aurais de l’acné toute ma vie et qu’il fallait juste que j’accepte à m’aimer.

CarnetsdeMarine_PoméolPeauNette

Beaucoup de gens vous donnent des conseils mais il faut avant tout comprendre votre peau et d’où vient le problème. Ma médecin m’a même dit que de l’acné, j’en aurais plus ou moins toute ma vie si j’en avais encore et qu’il n’y avait rien à y faire. Mais je me suis obstinée, j’ai regardé plein de vidéos qui expliquaient l’acné et surtout comment retrouver une peau à peu près normal.  Car non, avoir de l’acné est peut être un phénomène normal et irrévocable pour certains mais non, c’est juste un signe que votre corps vous donne pour vous signaler qu’il y a un problème quelque part. Que ce problème soit intestinal, hormonal, etc. c’est à vous de le découvrir. Dans tous les cas ne vous laissez pas abattre et cherchez toujours à voir quel produit semble mieux adapté à votre peau.

J’ai toujours refusé de prendre des complémentaires alimentaires. Allez savoir pourquoi, dans ma tête c’était mal. Mais après avoir vu ces vidéos et compris que ce n’étais pas mauvais mais au contraire peut être nécessaire, j’ai choisi d’en tester un. De toute façon j’avais déjà plein de boutons et malgré mes efforts en termes d’alimentation, de soin de la peau, de faire du sport… rien n’avait fonctionné. J’ai donc acheté Poméol – Peau nette.

Informations nutritionnelles moyennes pour 2 comprimés :

  • Nutricible beauté : 282 mg (dont collagène 30 mg – acide hyaluronique 2 mg)
  • Poudre d’avoine : 240 mg
  • Nutricible 151 Pomme : 150 mg (dont silice 20 mg)
  • Extrait de café vert : 50 mg
  • Extrait de pamplemousse : 45 mg
  • Extrait de pensée sauvage : 40 mg
  • Poudre de verveine : 20 mg
  • Zinc : 5 mg (50% VNR*)
  • Vitamine B6 : 0,21mg (15% VNR*)
  • Vitamine A : 120 ug (15% VNR*)
  • *VNR : Valeurs Nutritionnelles de Référence

Propriétés de ces ingrédients :

  • Réglisse : aide à maintenir un joli teint
  • Pensée sauvage : reconnue pour contribuer à une peau nette et aider les peaux à problèmes
  • Bardane : aide à maintenir une peau saine et à la protéger
  • Zinc : contribue au maintien de la peau normale
  • Vitamine A : contribue au maintien d’une peau normale et au fonctionnement normal du système immunitaire
  • Vitamine B6 : contribue au fonctionnement normal du système immunitaire

Mon avis :

En 2 semaines m’a peau s’est tout de suite améliorée. Au bout de 3 semaines, j’étais tout a fait conquise. Cela fait maintenant 3 semaines que j’ai arrêté ce complément alimentaire et m’a peau est clairement moins nette que quand je le prenais. Toutefois, ce n’était pas non plus totalement inefficace sur la durée, car ma peau est nettement moins granuleuse qu’avant.

Ce produit est efficace et il m’a clairement sauvé dans une période ou aucune crème, produit nettoyant ou soin du visage n’avait d’effets. Je le recommande, mais encore une fois réfléchissez un peu avant de vous lancer. Essayez de voir si avoir une meilleure hygiène de vie n’est pas suffisant par exemple. Ne mettez pas tous vos espoirs dans ce produit il est possible qu’il ne fonctionne pas pareil pour tout le monde car notre peau n’a pas forcément les mêmes besoins. Ce sera un bon point de départ pour savoir si vous avez besoin ou non de ces éléments pour le bien de votre peau, ou s’il vous faut chercher autre chose.

Les compléments alimentaires ne sont pas la solution à mon acné. Je pense qu’ils sont une partie de l’équation pour retrouver une peau saine. Je pense qu’il ne faut pas en abuser. Il faut juste tester et voir ce qui fonctionne et alterner régulièrement je suppose. Entre chaque « cure » j’attends au minimum 3 semaines avant de retenter un produit ou de reprendre le même. C’est peut être juste dans ma tête mais cela me rassure de procéder ainsi. 😉

Dans tous les cas je vous recommande chaudement ce produit. Ce n’est pas miraculeux, vous ne retrouverez pas une peau de bébé. Même en prenant ce produit j’avais encore des points noirs et quelques petits boutons de temps en temps. Toutefois, mes pores se sont beaucoup resserrés, ma peau était moins huileuse et moins granuleuse. Mes boutons ont quasiment disparu. Evidemment, tout en prenant ce complément alimentaire, j’avais une alimentation saine et équilibrée, je prenais soin de ma peau et je faisais du sport. J’ai donc mis toutes les chances de mon côté et ce n’est donc pas seulement ce produit qui a sauvé ma peau mais le tout combiné. 😉

 

The last kingdom

CarnetsdeMarine_TheLastKingdom

Pays : Britannique
Réalisateurs : Stephen Butchard
Genres : Historique / Drame
Acteurs : Alexander Dreymon / Nicholas Rowe / Emily Coxe / Ian Hart

Synopsis :

« Au IXème siècle, l’Angleterre, séparée en de nombreux royaumes, est envahie par les vikings. Le Wessex est mené par le Roi Alfred, qui tente de résister au vikings. Alors que le royaume de Wessex est le seul à résister, Uhtred, le fils d’un noble, kidnappé par les vikings lorsqu’il était enfant, doit choisir entre son pays natal et le peuple qui l’a élevé. »

CarnetsdeMarine_TheLastKingdom

Mon avis :

Cette série diffusée sur la BBC two est basée sur les livres de Bernard Cornwell. J’aime beaucoup les séries historiques et notamment celles avec les vikings, je me suis donc tout de suite intéressée à celle-ci. Je suis étonnée que personne ne m’en parle et que peu de gens connaissent. J’ai A-D-O-R-E cette série ! Je trouve le scénario très bien pensé. Il nous présente bien les personnages et la complexité de leurs origines qui les poussent à prendre telle ou telle décision. On nous présente aussi très bien les stratégies politiques de l’époque. C’est assez amusant d’ailleurs de voir la différence entre les vikings et le côté anglais. Chacun à sa propre culture et ses croyances.

CarnetsdeMarine_TheLastKingdom

Le personnage d’Uthred est très charismatique, il est clairement un très bon guerrier mais aussi un très bon leader. Il est violent, impulsif mais aussi tendre et loyal. La première saison était bonne sans être extraordinaire mais la deuxième saison (qui vient de finir) m’a clairement convaincu. J’ai tellement hâte de connaître la suite, malheureusement je crois que pour le moment une 3e saison n’est pas encore confirmée. J’espère qu’elle continuera sinon je serais obligée de me rabattre sur les livres…

Je vous recommande donc chaudement cette série pour tous ceux qui aiment les séries  historiques, de l’action, un peu d’hémoglobine et aussi un peu de romance. 😉 Et comme le dit si bien Uhtred : « destiny is all »!

Trailer :

Note : 8,5 / 10

 

J’ai testé : Pho 11

CarnetsdeMarine_Pho11

Le Pho 11 situé au 52 rue Saint Anne, 75002 Paris (près de la station de métro Opéra) est un restaurant vietnamien. Je n’ai pas trouvé grand-chose à leur sujet sur internet (pas même un numéro de téléphone pour réserver), à part beaucoup d’avis mitigés.

CarnetsdeMarine_Pho11
La nourriture en elle même était bonne. Ce n’était pas fou et clairement pas la raison qui me ferait revenir. Disons que c’était mangeable et pareil que n’importe quel autre restaurant vietnamien basique. J’ai pris un Bo Bun donc en même temps je ne m’attendais à rien d’extraordinaire. Mais même ce Bo Bun m’a déçu, j’en ai mangé des meilleurs ailleurs. Résultat, je n’ai mangé qu’un quart de mon énorme bol.

CarnetsdeMarine_Pho11
Le service était efficace et rapide. On a tout de suite été placé en haut, on nous a vite apporté la carte et vite servi. Par contre, niveau accueil disons que j’aurais eu un robot en face je me serais sentie mieux. Pas un sourire pas un regard, un accent incompréhensible. Mais pour Paris je n’en demande pas temps. Le fait que le personnel soit sympathique et souriant, c’est comme demander la lune ici. Je dirais donc qu’ils sont très efficaces et qu’après tout c’est tout ce que je demande.

CarnetsdeMarine_Pho11
Je ne pense pas qu’on puisse réserver à l’avance, ni sur internet, ni par téléphone. En semaine, nous n’avons eu aucun problème à trouver une table. Le weekend je ne sais pas trop. C’est un élément à prendre en compte si vous aimez réserver.

CarnetsdeMarine_Pho11
Le décor était sans plus. Ce n’est pas la peine de le décrire… La salle est très basse en haut et le restaurant est assez petit. Résultat, on a mangé collé à la table de derrière. Cependant, encore une fois, c’est la norme à Paris, donc rien de choquant, j’ai connu pire.

Clairement, je ne le recommande pas. Si vous voulez mangez entre amis un vietnamien vous pouvez y aller, mais seulement pour profiter de vos amis. La bouffe est bof, le personnel peu accueillant, le décor basique, le plafond bas et le restaurant petit… J’espère que cet avis vous aura aidé !

#YOLO

J’ai testé : Les bains d’huiles

CarnetsdeMarine_Bainsd'huiles

Huile de coco

J’ai des cheveux très épais et très chiants. C’est à dire que si je ne perds pas du temps et de l’énergie (et de l’argent) à lutter contre eux, je passerais ma vie avec un balai brosse de paille hideux sur la tête. Oui, je sais on est jamais content de ce que l’on a. La plupart des gens me complimente sur mes cheveux, et dans ma tête je me dis : « si tu savais… ». Ils se plaignent de ne pas avoir les cheveux épais comme moi et de ne pas avoir de volume… Blablabla. On a les cheveux qu’on a point. Il faut juste bien les comprendre et savoir comment les dompter si nécessaire.

Dans mon cas, il m’a fallu plusieurs années pour trouver des solutions à ma masse rêche. Et parmi l’unes des solutions miracles, j’ai découvert : les bains d’huiles. C’est une coiffeuse qui m’en a parlé, j’ai ensuite fais mes recherches sur internet et j’ai vite été conquise.

CarnetsdeMarine_Bainsd'huiles

Huile de Jojoba

Les huiles végétales présentent de nombreux bienfaits. Il faut, avant de se lancer, apprendre à les connaître pour réaliser  un soin sur-mesure, adapté à la nature et aux besoins de vos cheveux. Comme un masque, une huile de soin peut s’appliquer sur les cheveux avant de faire un shampoing. Ou bien comme moi, vous pouvez l’appliquer le soir avant d’aller vous coucher. Enveloppez ensuite vos cheveux de film plastique et ou ajouter une serviette chaude. Dormez avec cela et le matin, après votre shampooing (deux si nécessaire) vous aurez les cheveux tout doux ! (Oui, ce n’est absolument pas glamour, mais pour les flemmardes comme moi, c’est la solution ultime…)

Les cheveux normaux ou gras peuvent également profiter de ce soin. Attention à choisir des huiles légères, adaptées à ces types de cheveux, et de l’appliquer en priorité sur les pointes et les longueurs.

CarnetsdeMarine_Bainsd'huiles

Huile de ricin

On ne se tartine pas l’huile d’olive de la cuisine sur le crâne, paraît-il que si l’huile n’est pas de 1ère pression à froid, vos aurez beau vous baigner dedans cela n’impactera pas vos cheveux (ni votre peau d’ailleurs). Donc il faut faire l’effort d’acheter le bon produit même si cela veut dire payer plus cher.

Les avantages

– On regonfle le cheveu : réhydraté, le cheveu récupère peu à peu de sa matière et à long terme, il est moins poreux, moins rêche.
– Brillance et douceur : en faisant des bains d’huile, on permet aux cheveux de devenir plus doux et surtout, de devenir brillant.
– Limiter la casse des cheveux : particulièrement en cas de cheveux très frisés, très abîmés, ou crépus. Les bains d’huile permettent en effet de les préserver. A noter tout de même qu’en cas de cheveux en état vraiment critique (très grandes fourches, totalement poreux), il est préférable de couper.

CarnetsdeMarine_Bainsd'huiles

Huile de nigelle

Les risques

Comme pour tout il ne faut pas en abuser et savoir quand utiliser et comment l’utiliser pour profiter uniquement des avantages.

– Risque de délaver la couleur : sur les cheveux colorés (encore plus lorsqu’il s’agit d’une couleur qui tient mal comme les couleurs fantaisies, ou le roux), les bains d’huile peuvent ternir la couleur et la délaver légèrement. Privilégier alors ces soins la dernière semaine, avant de refaire la couleur, plutôt que juste après celle-ci.
– Perte de volume : si l’on abuse des bains d’huile des pointes aux racines alors que les cheveux sont juste légèrement secs, on risque d’obtenir une chevelure raplapla et regraissant vite. Dans ce cas, on applique de l’huile juste sur les pointes, pas plus !

Quelles huiles utiliser ?

Bien entendu on peut utiliser des huiles toutes prêtes, comme l’Huile Prodigieuse de Nuxe, l’Orofluido de la marque du même nom… mais c’est plus cher et il peut y avoir autre chose que de l’huile végétale uniquement, comme la fameuse Orofluido qui est surtout composée… de silicones !

Huile d’olive :
  • Nourrit et fait briller les cheveux ternes.
  • Protège les cheveux colorés (fait durer la couleur).
  • Apaise le cuir chevelu.
Huile d’amande douce :
  • Assouplissante.
  • Revitalise et donne vigueur aux cheveux abîmés.
  • Idéale pour les cheveux cassants, fourchus, colorés, afros.
  • Adaptée en cas de pellicules.
Huile de jojoba :
  • Composition proche du sébum humain, grande affinité avec les cheveux et la peau.
  • Idéale pour les cheveux aux racines grasses et aux pointes sèches.
  • Apporte vitalité aux cheveux secs et cassants.
Huile de ricin :
  • Fortifie, régénère et réhydrate les cheveux abîmés.
  • Favorise la croissance des cheveux.
Huile de coco :
  • Nourrit et lisse la fibre des cheveux, les renforce et les rend brillants.
  • Idéale pour les cheveux bouclés, frisés et afros.

Il existe bien d’autres huiles, mais je vous invite à aller faire votre petite enquête sur ce qui convient le mieux à vos cheveux : huile de brocoli, huile de sapote, huile de papaye, huile de yangu, huile d’avocat, etc.

Personnellement, j’ai testé des mélanges huile de coco + huile de ricin et huile de coco + huile de jojoba et huile de coco + huile d’amande douce. L’huile de ricin a une texture extrêmement visqueuse très désagréable à appliquer et elle sent mauvais. Il faut absolument la mélanger à une autre huile. Je n’ai pas eu l’impression que mes cheveux poussaient plus vite… L’huile de coco et l’huile de jojoba sont mes favorites. L’huile d’amande douce était bien mais sans plus. L’huile de jojoba est idéale pour les débutants car sa composition proche du sébum humain, je vous la recommande donc chaudement pour vos premiers essais.

Ou acheter vos huiles ?

Je les achète souvent chez Naturalia, où dans des magasins bio, vous pouvez aussi en trouver sur internet facilement comme sur Aroma-Zone.

Bonne révolution capillaire !

Le musée Leeum (Samsung)

Adresse :

140-893,1, 60-16 Itaewon-ro 55-gil, Yongsan-gu, Seoul-si
서울특별시 용산구 이태원로55길 60-16 (한남동)

Horaires :

Tous les jours sauf lundi : 10h30 – 18h00
Jeudi : 10h30 – 21h00
Dernière admission à 17h00 (jeudi à 20h00 )

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

Durée de la visite :

  • Exposition permanente : environ 2 heures
  • Exposition permanente & exposition spéciale : environ 3 heures
CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

Cette cafétéria est une oeuvre d’art !

Le Musée Leeum abrite des oeuvres traditionnelles et contemporaines d’artistes coréens et internationaux. Le musée lui même est tout aussi fascinant que les oeuvres qu’il rassemble puisque les trois bâtiments ont été conçus par trois architectes de renoms :

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

Oui, oui, oui, ce ventilateur pendu a une corde qui oscille est bien une oeuvre d’art !

Le musée 1 abrite les oeuvres traditionnelles coréennes telles que calligraphies, céramiques, peintures, etc. tandis que le musée 2 abrite des oeuvres modernes et contemporaines d’artistes coréens et étrangers. Le musée 3 abrite des expositions temporaires.

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

Des visites guidées en anglais se tiennent le samedi et dimanche.

Si vous souhaitez bénéficier d’une visite guidée en semaine il vous faudra appeler au moins 2-3 jours en avance (+82-2-1330) pour effectuer une réservation. Des guides audio en anglais, japonais et chinois sont disponibles, fournissant des informations détaillées sur les oeuvres d’art (je vous les recommande, ils sont très bien fait). Vous pouvez les louer sur place.

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

Tarifs :

  • Exposition permanentes :
    Plus de 18 ans : 10,000 wons / 7 – 18 ans 6,000 wons
  • Expositions Spéciales :
    Plus de 18 ans : 7,000 wons / 7 – 18 ans 4,000 wons
    (Attention, le prix des expositions spéciales peut varier).
CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

Ceci est de la mousse naturelle

Comment s’y rendre ?

Ligne 6 (marron) – Station de métro « Hangangjin ».
Prendre la sortie n°1 et marcher tout droit 100 mètres en direction d’Itaewon. Prendre la petite route sur votre droite, et grimper la colline pendant 5 minutes.

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

C’est grâce à une amie que je me suis rendue à ce musée, car sinon je vous avoue qu’il serait passé à la trape. Ce musée vaut pourtant le détour si vous aimez découvrir de nouvelles choses et visiter des musées. Le bâtiment en lui-même est un génie d’architecture.

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

Je n’ai malheureusement visité que l’exposition temporaire qui à l’époque était celle d’Olafur Eliasson. Je ne connaissais pas cet artiste et ce fut une bonne découverte. Heureusement que j’avais mon amie qui m’expliquait la vision de l’artiste et le sens de chaque oeuvre. Je suis désolée, moi l’art moderne cela me dépasse. J’aurais sans doute moins apprécié l’exposition sans elle.

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

J’ai surtout adoré la dernière pièce de l’exposition. Nous sommes arrivées dans une pièce toute sombre où l’on nous a proposé des parapluies. Sous des lumières blanches de la pluie très fine tombait en cercle. C’était magique de se balader sous cette pluie avec nos parapluies. De petits arc-en-ciel se formaient un peu partout sur les murs de pluie. L’idée en elle-même était basique et pourtant le tout nous a fait rêver.

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

CarnetsdeMarine_MuséeLeeum

Je vous recommande chaudement ce musée, même si vous n’en visitez qu’une partie. Ce musée est très complet. De plus, il est situé dans le quartier d’Itaewon donc vous pouvez ensuite vous balader dans le quartier et vous trouver un bon petit restaurant. Le quartier d’Itaewon est le quartier ou vous trouverez beaucoup de restaurants de nourriture « occidentale » (pâtes, pizzas, etc.). Les restaurants sont un peu plus chers que dans d’autres endroits de la ville, mais c’est toujours très bons. Donc si vous êtes en manque de nourriture occidental allez là-bas !

CarnetsdeMarine_MuséeLeum

Bon voyage !

 

La pêche à pieds en Bretagne

Cela fait plusieurs jours que je n’ai pas mis d’article sur le site, pour cause je suis encore partie en vadrouille. Cette fois-ci, direction la Bretagne pour une semaine en famille. Depuis toute petite, mes parents nous emmènent pêcher et je me suis dit que cela pouvait intéresser d’autres personnes, car j’ai toujours trouvé cette activité apaisante.

La pêche à pieds soit on connaît, soit on a aucune idée de ce que c’est. Je pense que cela ce transmet dans les familles, personnellement parmi tous mes amis pas un ne connaît cette pratique. Pas même mes amis bretons ! Pour pouvoir pêcher à pieds, il faut profiter des marées, donc si vous vivez près d’une mer où il n’y a pas de forte marée n’espérez pas pêcher grand chose.

Qu’est ce qu’on pêche ?

Etrilles, dormeurs, coques, crevettes, bigorneaux, parfois des ormeaux mais c’est assez rare et les palourdes ne sont pas nombreuses dans notre coin.

CarnetsdeMarine_PêcheàPieds

Les Etrilles

Les étrilles sont sans doute les plus amusantes à pêcher. Ce sont les plus combatives, vous soulevez le rocher ou les algues et soit vous apercevez une ombre qui se carapate à vitesse grand V, soit vous vous retrouvez nez à nez avec un petit machin qui brandit ses deux pinces en mode « vas-y viens viens, je t’attends, je vais te démonter ! ». Il faut appuyer sur le dessus de la carapace et glisser votre pouce et l’index derrière ses pinces pour les bloquer. Ce sont les plus compliquées à attraper mais cela vaut vraiment le coup. Au début vous vous prendrez peut-être un ou deux petits coups de pince. Attention, car même avec des gants elles pincent très fort ! (j’ai déjà saigné) Et elles ne lâchent pas une fois accrochée, à moins de lui arracher la patte vous ne pourrez pas vous en défaire.

CarnetsdeMarine_PêcheàPieds

Les Dormeurs ( ou tourteaux)

Ils portent bien leur noms, quand vous soulevez les rochers vous ne les voyez pas au premier coup d’oeil. Il faut scruter le fond car ils s’enterrent dans le sable et… dorment. Vous n’aurez aucun mal à les attraper, même une fois en main il faut vraiment les titiller pour qu’ils daignent bouger. Attention, car ils ont comme même de bonnes pinces donc restez vigilant.

CarnetsdeMarine_PêcheàPieds

Les Coques

C’est la pêche que nous pratiquons lorsqu’il n’y a pas assez de marée pour aller à l’autre bout de la plage retourner des cailloux, mais trop de marée pour aller se baigner sans marcher 20 minutes avant de voir la mer. Généralement, on ramasse des coques en attendant que la marée monte, puis on se baigne une fois qu’elle est montée et on part avec nos coques à la maison. Pour les coques c’est basique, grattez le sol avec un râteau. Si au bout de 10 minutes vous n’avez rien trouvé, allez un peu plus loin et recommencez à gratter. Quand vous en voyez une, pas de doute, la famille ne dois pas être loin alors grattez aux alentours. Je vous recommande de prendre un long râteau pas les petit machin pour enfant. Car il faut beaucoup se pencher et vous aurez mal au dos et aux jambes en fin de journée. Pas besoin de creuser une tranchée, creusez sur une quarantaine de centimètre. Une fois rentré à la maison, il faut rincer tout cela et les laissez tremper avec du sel dans de l’eau pendant une à deux bonnes heures pour retirer le sable. C’est parfait pour les enfants qui ne peuvent pas encore soulever de gros cailloux.

CarnetsdeMarine_PêcheàPieds

Les crevettes

C’était notre pêche favorite lorsque nous étions enfants, depuis je vous avoue cela fait longtemps que je ne m’intéresse plus aux crevettes. Vous les trouvez dans des petites ou des grandes mares entre les rochers. Vous pouvez les pêcher à l’épuisette ou bien à la main. Au début, il faut attraper le coup de main, mais rien de compliqué. Cela occupe bien les enfants donc je le recommande chaudement aux familles.

CarnetsdeMarine_PêcheàPieds

Les Bigorneaux

Rien de compliqué pour les bigorneaux, ils s’accrochent aux rochers parfois en-dessous parfois au-dessus. Quand vous en voyez un vous en trouverez d’autres dans le coin. Pas besoin d’équipement a part un seau pour les stocker.

Respectez la nature

Essayez de relâcher les petits, on ne partage pas souvent tout ce type d’informations et je n’encourage personne de mon entourage à essayer cette activité d’habitude. Pourquoi ? Car après on ne trouve plus rien. A une époque nous ne trouvions ni étrilles, ni ormeaux, les gens pêchaient trop et surtout les petits, résultat pendant 2, 3 ans on ne trouvait plus rien. Ce sont des petits secrets de famille que l’on ne partage qu’en famille. Souvent, les touristes viennent nous demander ce qu’on fait à aller à l’autre bout avec nos paniers et on dit qu’on va pêcher des coques mais qu’on ne trouve pas grand chose. C’est triste de mentir ainsi mais malheureusement c’est nécessaire. Les gens ne respectent rien, j’en voyais ramasser des coques minuscules qu’ils auraient du relâcher, mais non ils voulaient en attraper le plus possible. Donc, je vous en prie ne pêchez que ce dont vous avez besoin (si vous êtes 5, 5 étrilles c’est suffisant) et relâchez tous les petits ne prenez que les gros. Vous trouverez beaucoup d’informations sur les tailles à respecter sur internet ! Le but est de profiter du grand air et de s’amuser en famille pas de remplir au maximum le panier. Laissons à la nature le temps de se reproduire pour tous en profiter.

L’équipement

Il vous faut un panier pour tout ce qui est crabe, un seau pour tout ce qui est bigorneaux ou coques et une bouteille pour tout ce qui est crevette. Il vous faut également des râteaux pour les coques, et des épuisettes pour les crevettes si vous ne savez pas les pêcher à la main. Surtout n’oubliez pas de prendre des gants de jardin pour la pêche au crabe, les cailloux sont souvent râpeux et vous risquez de vous écorcher les mains ! Prévoyez aussi des bottes car on crapahute beaucoup dans l’eau. Habillez-vous avec des vêtements auxquels vous ne tenez pas du tout et habillez vous chaudement car en bord de mer il y a souvent du vent donc une écharpe et un bonnet ce n’est jamais de trop. Prévoyez un imperméable pour s’il pleut. Et surtout, le plus important un téléphone et une montre !

Attention 

Il faut faire très attention à l’heure et toujours surveiller la marée pour ne pas se faire surprendre ! Si vous n’avez pas l’habitude faites très attention ! Informez-vous bien avant de partir que ce soit pour connaître l’heure et le coefficient de la marée, mais aussi les endroits où pêcher et les règles à respecter, ne partez pas les mains dans les poches sans vous inquiéter de rien, cela peut être dangereux ! 

Voilà, je vous laisse faire vos petites recherches sur les coins où aller pêcher à pieds, (je ne vous révèlerais pas mes coins sous peine d’être rayée du carnet de famille). 😉

Amusez-vous bien !

Même si vous ne pêchez rien vous pouvez très bien aller vous amusez à étudier la faune marine sous les rocher.